La loi de bioéthique encadre toutes les activités médicales et de recherche qui ont pour objet des éléments du corps humain.

 

En 1994, alors que la France se dote pour la première fois d'une loi de bioéthique, on décide de prendre en compte les évolutions de la science et de la médecine.

 

Avant toute révision, un Comité Consultatif National d'Ethique est chargé du difficile travail de réflexion. Parmi les membres de ce comité, on comptait des scientifiques, des médecins, des philosophes et, jusqu'en 2013, des religieux.

 

Ces derniers, théologiens ou hommes de foi, représentaient les différentes sensibilités normatives des communautés religieuses de France.

 

Mais alors que ce comité - rappelons-le - avait pour but « d'éclairer » le législateur dans son travail d'élaboration des lois de bioéthique, jusqu'à quel point « la lumière religieuse » a-t-elle mené la « barque législative » dans l'élaboration perpétuelle de ces lois ?

 

Face à cette interrogation, cet ouvrage propose une approche en deux temps : comprendre le rôle que jouaient les différents courants religieux au sein du Comité Consultatif National d'Ethique (C.C.N.E) et évaluer la prise en compte du fait religieux dans l'élaboration définitive des lois de bioéthique.